Tartuffe
(2011)


de Molière

Mise en scène : Philippe Lecomte

POURQUOI MONTER TARTUFFE EN 2011 ?
Mariage forcé, cupidité, conflits familiaux, solitude et imposture… La plupart des thèmes dans Tartuffe nous parlent du sacrifice de l’humain au nom de l’argent. L’argent superflu, l’argent qui ne sert pas à vivre mais juste à faire de l’argent…. Tartuffe est peut être le côté obscur de la finance internationale de nos jours…

Tartuffe est aussi un homme coincé dans son égoïsme et ses délires égocentriques, si bien qu’il ne voit plus le monde autour de lui. Même l’amour qui aurait pu l’adoucir ne le rend que plus dangereux pour son entourage.

Avec ce Tartuffe nous redécouvrons une farce magnifique et superbement écrite : une machine comique avec une succession de scènes incroyables, rédigée dans le plus bel alexandrin. Du pur Molière au sommet de son art.



Ici, il faut aimer celui qu’on doit et ne pas aimer celui qu’on aime.
Il faut donc vivre son désir interdit dans un monde où la valeur des sentiments est dictée par la loi du père et de l’argent. Le personnage de Mariane témoigne de cette indépendance : elle revendique, grâce à l’aide de sa servante Dorine, le droit d’épouser par amour.

Molière a sans aucun doute le désir que les femmes aient une place plus grande et qu’elles cessent d’être dépendantes des hommes, objets de leur père, de leur frère, de leur mari. Ce territoire n’est-il pas, aujourd’hui encore si éloigné du nôtre dans quelques régions du monde?

Devoir se battre pour faire exister son désir, aller jusqu’à la rupture familiale ou sociale. L’atteindre enfin, le vivre et dire «  ce qui m’enchante le plus, c’est le chemin parcouru pour ma liberté ».

Argument très actuel que j’ai souhaité traiter avec  tous les rouages de la farce. Dans un décor épuré, les personnages évoluent avec comme moteur essentiel un texte lourd de sens, à défendre coûte que coûte avec la plus grande vérité possible.

Philippe Lecomte
Metteur en scène