Ariane ou Molière pris dans la tourmente
de Philippe LECOMTE
mise en scène de l'auteur
(2013)


Un audacieux pari !

Un théâtre de liberté….

«  Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie «  Goethe

Alors, nous avons eu l’audace de commencer….

Nous, à savoir 10 comédiens dont 8 en situation de handicap ou en souffrance psychique, un auteur et metteur en scène, nous nous sommes posés ces deux questions:

« L’œuvre de Molière est-elle contemporaine et accessible à tous ? »
« La médiocrité humaine est-elle inéluctable ? »
Une réponse, en forme d’étendard, nous est alors apparue de manière évidente :
«  Non…. Mais la bêtise humaine la rend probable »

Et comme cette dernière s’agrémente mal de la réflexion, peut-être nous suffisait-il alors d’oser et de nous laisser porter par ce nouveau projet !

L’audace de l’auteur est d’avoir écrit une farce sur mesure afin que chacun des comédiens, tout en suivant leur propre énergie et en respectant au plus près le texte initial puisse être à sa juste place. L’audace des comédiens est d’avoir travaillé sur les multiples facettes des personnages sans penser au temps et à l’énergie que cela leur demandait. L’audace de toute cette équipe est de vouloir surprendre, éveiller, réveiller, créer l’envie et la porter au-delà du plateau.

Intentions de mise en scène

Ce spectacle est un manifeste pour la diversité, la tolérance et toute forme de théâtre pour peu que celle-ci soit généreuse et juste. C’est de la contradiction et de la différence que naissent les choix et donc la liberté. Et si ce « théâtre de la liberté » existe, c’est grâce à la présence de toute cette équipe singulière!

J’ai écrit, mis en scène et construit cette pièce autour de l’idée d’une constante confrontation entre le passé et le présent, un choc entre le réel et l’irréel, un aller-retour entre personnages contemporains et ceux de l’univers de Molière.

J’ai laissé vivre les désirs de chacun, tourner ce magique plancher de bois sur lui-même sans m’encombrer de décors pompeux, juste quelques costumes fluides et les comédiens.

Je suis heureux de contribuer à ce que ce « théâtre de liberté » fasse partie de ces rares espaces où l’on sent tout de suite qu’il s’y passe quelque chose de fort et de sensible.

Philippe Lecomte